INCIPIT

Plongés dans l’époque Anthropocène, trois pauvres âmes font face aux furies de notre temps et nous aide à vivre la nécessité d’en rire.

Au cœur d’un désastre qui vient, guidés par l’orage et les éclairs de lumière obscure et angoissée d’Odilon Redon, les clowns offrent à voir leurs incertitudes et leurs bêtises au travers de l’affrontement avec les tempêtes de notre présent annonçant celles d’un futur proche.

Avec en trame de fond ces questions liées à l’écocitoyenneté

La perception du désastre est-elle possible dans le temps présent ? Comment rire de l’effondrement qui vient ? Est-ce que rire nous peut sauver ?

Par la traversée de sept tempêtes thématiques, les clowns donnent à voir les visages d’une humanité qui se cherche, qui erre dans et par ses contradictions.

Le travail d’écriture questionne les perversions humaines et la naissance de l’étrangeté en soi qui s’observe notamment dans la transformation du langage et par la modification du sens de la parole dans le quotidien.

Le travail autour de la présence clownesque questionnera notre rapport au Monde et à l’autre à travers la fenêtre du visage du clown dont le nez au centre symbolisera la quête d’absolu malgré la bêtise et l’éternel inaboutissement de toute entreprise humaine.

Trois clowns sur un plateau nu, en attente.

Une radio laisse entendre une émission où tous parle mais rien n’est dit.

La clowne accouche d’une souris qui accouche d’une montagne.

Son fils devient novlangueur et retrace le fil de son ennui. Sa vie ne tient plus qu’à un accord win-win.

Un drône s’immisse dans une salle de classe où l’enseignant lutte avec l’incurie de son public pédagogique. Une marionnette père Noël fétiche du Capital interrompt brusquement un débat politique de déjà-vu.

Le médiateur du débat devient ventriloque d’un gilet jaune en exégèse du mouvement social.

Un nécessaire divertissement s’opère alors en chansons revisités, trace d’une mémoire partagée.

La solitude s’installe et un début de fraternité apparaît. Tout reste en suspens.

Création le 25 septembre 2020 pour l’ouverture de la Biennale « Avant la tempête » à Saint Laurent d’Agny

Avec les clowns :

Camille Fantone – Comédienne et clown

Etienne Ranger – Comédien, clown et danseur

Victor Hollebecq – Comédien, circassien, clown et DJ

Emmanuel Soccodato – écriture et mise en scène